Belgique & Luxembourg
   

Inauguration de la campagne de sensibilisation aux
Objectifs du Millénaire pour le Développement :
Parc de Bruxelles : 18 mai 2005


Discours du Ministre Belge de la Coopération au Développement, M. Armand De Decker en présence de SAR la Princesse Mathilde de Belgique et de Mme Eveline Herfkens, Coordonnatrice du Secrétaire général pour la campagne de promotion des Objectifs du Millénaire pour le développement.
 
Madame,

C’est un honneur et une joie que de pouvoir vous accueillir ici, au Parc de Bruxelles, à l’occasion de l’inauguration de la campagne de sensibilisation aux Objectifs de Développement du Millénaire que mon département a mise sur pied en vue de sensibiliser notre population à ces nobles objectifs qui visent à réunir les habitants de notre planète dans un grand élan de solidarité.

Je tiens ici, Madame, à vous remercier pour la fidélité et l’énergie avec lesquelles vous tenez à apporter votre soutien aux dossiers de la Coopération au développement.

Votre présence est, pour tous ceux qui oeuvrent à la solidarité Nord Sud, une grande source de fierté et d’encouragement.

Madame,

Madame la coordinatrice des Nations-Unies pour la Campagne en faveur des Objectifs du Millénaire pour le Développement,

Mesdames, Messieurs,

Nous inaugurons aujourd’hui l’exposition mobile de la Coopération belge sur les Objectifs de développement du Millénaire (ODM).

Cette action s ‘inscrit en marge de la « Conférence européenne pour la sensibilisation à la solidarité Nord-Sud » que la Belgique organise conjointement avec la Commission européenne ces jeudi et vendredi 19 et 20 mai.

Ces deux actions se rejoignent dans leurs objectifs : informer la société civile, les citoyens, leur faire comprendre les enjeux du développement et par là les impliquer activement dans la solidarité Nord-Sud.

Aujourd’hui alors que les Objectifs du Millénaire sont devenus le cadre de référence universellement acceptés en matière de développement, 88% du public européen en ignore encore l’existence.

Pourtant la définition et l’adoption des 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement constitue une merveilleuse réalisation humaine et une fantastique aventure.

Il est en effet merveilleux que le grand passage du Millénaire ait amené les Chefs d’Etat et de Gouvernement des 189 Nations représentées à l’ONU à se fixer pour objectif commun de réduire de moitié la grande pauvreté dans le monde avant 2015 ; en d’autres termes d’améliorer de moitié la qualité de vie dans les pays pauvres de la planète avant 2015.
Les Objectifs de Développement du Millénaire ont fait changer la nature même de l’aide au développement.

En effet leur caractère universel, qui engage tant les responsables des pays riches que les responsables des pays pauvres, a transformé l’aide au développement, autrefois très caritative, en une véritable stratégie mondiale de solidarité Nord-Sud ; en une stratégie visant à renforcer la stabilité et la sécurité du monde.

Comment en effet imaginer que les populations des pays riches puissent continuer à bénéficier de leur énorme confort de vie lorsque un cinquième de l’humanité, dont près de la moitié de l’ Afrique Subsaharienne, doit vivre avec moins d’1$ par jour.

Lorsqu’un enfant meurt dans le monde toutes les 5 secondes, dont la moitié pour des raisons liées directement à la malnutrition ...

En réalité, la globalisation, la mondialisation de la vie sur terre ont rendu cette inégalité tout simplement insupportable car potentiellement explosive en terme migratoire et en terme de sécurité.

Vous le voyez, le développement n’est pas seulement une question de charité, de justice ou de morale.
Il est devenu une nécessité politique.

A cette époque de mondialisation accélérée, une menace pour l’un est une menace pour tous.

C’est pourquoi le développement est devenu le plus grand défi de notre temps.Comme l’a rappelé le Secrétaire Général des Nations-Unies : « il n’y a pas de sécurité sans développement, il n’y a pas de développement sans sécurité et il ne peut y avoir ni sécurité ni développement si les droits de l’homme ne sont pas respectés. »

Cette constatation doit amener les populations et les autorités à la fois des pays en développement et des pays développés à assumer pleinement leur part du partenariat qui les lie.

Chaque pays en développement est certes responsable au premier chef de son développement.

Il doit pour cela assurer et promouvoir la démocratie, l’Etat de droit et le respect des droits de l’homme.

Il doit renforcer la bonne gouvernance et lutter contre la corruption.

Il doit créer un cadre juridique propice aux investissements privés seuls capables d’assurer à terme un développement durable.

Mais les pays développés se sont engagés de leur côté à fournir aux pays qui ont adopté une stratégie crédible de lutte contre la pauvreté, l’aide nécessaire à leur développement.

Lors de la conférence de Monterey en 2002, la Belgique s’est engagée à consacrer 0,7% de son PIB à l’aide au développement et cela avant l’année 2010.

La France et le Royaume-Uni ont souscrit au même engagement mais respectivement pour 2012 et 2013.
Aujourd’hui 5 pays ont déjà atteint l’objectif de 0,7% recommandé par l’UE : il s’agit de la Norvège, de la Suède, du Danemark, du Luxembourg et des Pays-Bas.

La Belgique qui consacre cette année 0,46% de son PIB à l’aide au développement se situe au 6ème rang mondial.
Pour atteindre l’objectif fixé, il nous faudra donc accroître de 0,05% du PIB par an le budget de l’aide publique belge consacrée au développement et ce jusqu’en 2010.

Il s’agira d’un effort considérable qui nécessitera un large soutien de l’opinion publique et donc une bonne information de celle-ci.

Tel est donc l’objet des panneaux mobiles que vous voyez autour de vous. Ils visent à informer au mieux chacune et chacun.

Les objectifs de développement du Millénaire sont concrets, quantifiables, mesurables, fixés dans le temps et facilement compréhensible : lutter contre la faim, assurer l’accès de tous les enfants, garçons et filles, à l’éducation de base, améliorer la santé des mères et des enfants, lutter contre les grandes maladies telles le sida, la tuberculose ou la malaria, assurer l’égalité de genres, préserver l’environnement et assurer l’accès à l’eau potable...

Qui ne souscrirait pas à ces objectifs ?

Le stand mobile que vous découvrez ici a pour vocation de contribuer à la sensibilisation à ces objectifs qui, vous l’admettrez, sont essentiels.

Cette campagne sera relayée tout au long de l’année par des affiches, des annonces de presse, des spots télés et radios, des conférences.

D’autres campagnes organisées par des ONG la renforceront.

Mon souhait le plus cher est ainsi que ce pont de la solidarité que vous voyez là, construit par nos enfants, ne soit pas le symbole d’un vœux pieux mais celui d’une réalité vivante, un pont entre véritables citoyens du monde abordant ensemble les défis de demain.


Armand DE DECKER


Page d'accueil